Souvenirs d'hier et d' aujourd'hui

21 avril, 2008

les virées

Classé sous rencontre — rimadrean @ 11:50

J’ai été en vacances je ne me souviens plus mais j’ai beaucoup roulé en bagnole surtout la nuit j’ai pas mal été sur les champs de course avec des potes. Enfin j’ai passé du temps dans les bars en attendant que le travail reprenne.
Le destin avait pour moi de l’amour filial, je sors de ma super auto, je vois mademoiselle! Je ne sais pas, car elle ne me l’avait pas dis. Elle remontait la rue sur le petit trottoir de la boutique, et naturellement j’arrivais à sa hauteur avec mon plus beau sourire, bonjour! Toujours au travail elle me sourit et un petit oui, et bien moi j’y vais. Je lui demande, le dimanche vous sortez, nous pourrions aller au cinéma, elle me répond je ne sais pas, j’ai été surpris de la réponse. Je lui demandais son nom elle me le soufflait très doucement Josiane! moi c’est André, quand vous serez j’espère le deviner. Je crois qu’elle le faisait exprès de passer pour que je l’aborde et lui demande de sortir; enfin un matin que je balayais comme d’habitude, nous nous sommes donnés rendez vous ou j’ai attendu au moins une heure et elle n’est pas venue. Mon ego en a pris un coup, je me suis dis elle n’a pas pu venir. La prochaine fois je n’attendrais pas, et bien vous n’allez pas me croire, mais elle est venue avec vingt minutes de retard, mais j’étais presque sur qu’elle viendrait. Nous avons pas été très loin car il fallait qu’elle rentre de bonne heure, avec ses patrons qui la surveillaient. La semaine après elle avait emmener sa copine! On avait rendez vous à Montparnasse, au Miramar le cinéma. C’était un film sur les loups et c’est là que nous nous sommes embrassés pour la première fois, avec sa copine à coté, elle avait moins peur du loup, le film nous l’avons pas beaucoup vu.
Nous avons fait de nombreuses virées avec la voiture, une fois il était très tard nous étions à la place de la concorde. Je conduisais sans lunette, les larges trottoirs de la concorde étaient mal éclairés et j’ai foncé directement sur le trottoir. J’ai fait éclater le pneu avant droit, il était littéralement ouvert, Josiane a eu très peur, c’est rien! Je lui dis j’ai trois roues de secours alors c’est rien. Donc je descends de la voiture, j’ouvre le coffre devant et merde! Malédiction les roues étaient toutes crevées je ne les avais pas fait réparer. Voilà ce que c’est la négligence, de remettre toujours au lendemain avoir trois roues de secours et toutes crevées.

Association "Pourquoi Pas" |
LA CRINIERE de KOUMAC |
Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CSF MEINAU - confédération ...
| château de l'Isle
| Oiseaux à Séné Morbihan