Souvenirs d'hier et d' aujourd'hui

26 juin, 2008

LES BOULOTS, le joueur

Classé sous promenade — rimadrean @ 11:32

 Nous avons fait le baptême de notre fils dans la boucherie ça été une réussite nous avions toute la famille réunie. Les normands à Paris c’était quelque chose, ils nous ont mis l’ambiance.  Josiane et moi  nous commencions à trouvé la boucherie un peu rengaine sans se le dire. J’avais un copain qui faisait une création ouverture d’un bar  restaurant, il m’avait demandé si ça m’intéressait, je lui est dit que j’allais réfléchir. Il fallait d’abord que j’en parle à Josiane, au début je ne lui est rien dit je pense qu’il me fallait une opportunité.  Sur la fin de l’année 71 on travaillait moins, le propriétaire nous envoie une lettre recommandée, le loyer était trop chère et je n’étais pas d’accord,  . Il y avait un représentant en volailles tout en parlant me demande si je voulais travailler comme représentant pourquoi pas. Mais il fallait que je trouve un appartement, nous avons chercher avec Josiane et nous avons trouvé un appart à acheter donc j’ai récupérer  ma caution un petit emprunt et nous voilà propriétaire sans  un sous là encore  nous avons mangé souvent avec les chevaux de bois. L’argent est arrivé car je vendais beaucoup de poulets L’appartement un trois pièces était très bien, moi je n’aimais pas tellement, c’était un immeuble  de quatre étages et nous étions au rez de chaussée.         J’ai fait de la représentation pendant 1 an à peu prés je ne suis pas resté,  je vendais des poulets dans les boucheries. Il fallait faire du porte à porte chez les particuliers et déposer des congélateurs, je sonnais à une porte et je n’attendais pas qu’il vienne ouvrir je disparaîssais avant, je n’osais pas vanter les congelos chez les gens. Tiens je me suis trompé avant d être représentant j’ai été barman chez un copain ou il avait créé cette très belle brasserie et c’est là que nous avons acheté l’appartement à Montfermeil pour quitter la boucherie.  J’ai gagné beaucoup d’argent comme barman, j’étais très à l’aise c’était mon élément mais ça ne pouvait pas durer, j’étais toujours en engueulade avec mon pote et avec sa femme qui voulait surtout mettre sa famille en place. Elle avait  virer le gendre à son mari,  je croyais  en leur loyauté « je suis vraiment naïf mais ».       Enfin, le boulot était intéressant malgré les connards qui envahissaient le bistrot. Je faisais beaucoup de parties de cartes très tard la nuit. Après  la fermeture nous nous installions au fond de la salle, une bonne partie de la nuit c’était le poker. Les parties duraient et je rentrais de bonne heure le matin, souvent avec le double de ma paie. J’avoue j’étais très joueur, nous allions aussi au multi jouer c’était prenant je ne m’y risquais pas trop, surtout je n’étais pas mettre du jeu, joueur mais pas dingue. Je ne voulais pas rentrer sans argent de mon travail à la maison. Enfin j’en avais marre et comme j’avais un pote  qui était représentant dans le poulet il voulait me faire embaucher à la société « C. O. D. I . V .O. G. Donc je me suis laissé tenté comme le raconte le chapitre précédent.

Association "Pourquoi Pas" |
LA CRINIERE de KOUMAC |
Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CSF MEINAU - confédération ...
| château de l'Isle
| Oiseaux à Séné Morbihan