Souvenirs d'hier et d' aujourd'hui

21 avril, 2008

on va chez le coiffeur

Classé sous le coiffeur — rimadrean @ 10:07

scan100251.jpgscan100251.jpg scan100251.jpg

Après cet incident ma mère dit à mon grand père, « Jules ! Il faudrait mener Dédé chez le coiffeur car il va nous faire avoir des histoires ». Et ce n’était pas tombè dans l’oreille d’un sourd. « Oh ! Oui oh ! Oui je veux aller chez Tico le coiffeur à pépére » Le lendemain matin il me prenait par la main et hop ! Chez Tico. Je te mène petit bonhomme pour une coupe, » tu lui fais des pattes et à moi tu me fais la barbe ». Le coiffeur avec son sourire en coin et en faisant claquer sa serviette « à toi mon gars » il mettait une planche sur le siège, et « hop ! Là ! monte dessus tu verras Montmartre ». Pour me faire rire: loupé, car je vous prie de croire, je ne crânais pas malgré mes petits ricanements. Et je te coupais des grosses mèches, ma transformation se faisait jour!. Ce qui faisait le plus peur c’était quand il affûtait son rasoir et qu’il me le mettait contre la tempe je crois que j’ai pleuré, « allons mon gars c’est rien , tu vas être un vrai garçon » Et ça , m’avait calmé tout en étant méfiant. Pour crâner, j’étais droit comme un I ! En sortant et content de me faire admirer, ma mère je crois qu’elle était contente elle me dit oh ! le beau garçon, et là c’était moi qui était content. En sortant de chez le coiffeur, mon grand père ronchonnait ne me concernant pas, après j’ai compris. Mon grand père ne supportait pas les allemands défilant avec leurs pas « pattes d’oies. » Ils étaient tous bien alignés, marchant au pas et chantant et ce bruit de bottes c’était infernal pour lui En y repensant maintenant il n’y avait que les enfants qui regardaient, les gens vaquaient à leur occupation où alors regardaient de coté.

Association "Pourquoi Pas" |
LA CRINIERE de KOUMAC |
Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CSF MEINAU - confédération ...
| château de l'Isle
| Oiseaux à Séné Morbihan