Souvenirs d'hier et d' aujourd'hui

21 avril, 2008

baptiser pour faire comme tout le monde

Classé sous il y aeu de bons moments — rimadrean @ 10:53

C’était dans ma onzième année !……..Une idée de nos parents tiens! « Si on faisait baptiser les enfants, » notre père pour une fois bien luné, il avait sûrement gagné une bonne journée. Ma mère nous avait fait baptiser car elle avait appris qu’il y avait des vacances à Noirmoutiers, sauf que moi j’ai été lésé, je me suis retrouvé à Trappes. Il fallait chercher les parrains alors qu’elle sinécure, pour moi car pour Jacqueline ce fut très facile. Madeleine qui était contente; elle voulait être la marraine de Jacqueline moi ils m’ont trouvé le roi des baratineurs, Gilbert Bellot, un mec marrant, culotté avec un bagou que je n’ai jamais revu Cet homme n’avait aucun diplôme il allait ce faire embaucher pour du travail, il était il devenait directeur, contre maître, ou chef d’équipe. Il avait travaillé représentant chez Garnier, « dop dop » avec l’animateur Zappi Max ,enfin c’était pour ça que je l’aimais bien, avec sa famille c’était moins bien. Enfin ça! Ce n’était pas notre affaire. Moi ce que je voyais c’étaient des contraintes en plus, fallait aller au cathé, le jeudi au patronage et le dimanche à la messe. Ce n’était pas toujours rose, mais j’y ai passé de bons moments, il y avait les jeux de foulard, le cinéma muet en diapo, je sais maintenant pourquoi je n’aime pas beaucoup Tintin, c’était toujours du Tintin ( auteur Hergé.) Il y avait une chorale je ne savais pas chanter, quand j’ai commencé à faire un do il m’a claqué ce con d’abbé! Il m’a mis derrière et me dit tu viendras à mon bureau, j’y suis allé, il commença à me dire « alors on ne sait pas chanter » en me caressant la tête et voulut m’embrasser. Je lui flanquais un coup de poing dans l’estomac, il ne put plus respirer, d’un signe il me montra la porte, je ne lui ai pas demandé mon reste. Je le racontais à maman, qui en était soufflée et en colère, il ne faut pas en parlé à ton père sinon il va aller lui casser la tête, tu n’iras plus et puis c’est tout! J’étais soulagé plus de patro, plus de curton, et plus de se lever le matin de bonne heure.
De toute façon nous étions baptisés ma mère avait réussi son coup.

Association "Pourquoi Pas" |
LA CRINIERE de KOUMAC |
Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CSF MEINAU - confédération ...
| château de l'Isle
| Oiseaux à Séné Morbihan